Association des Anciens Elèves du Lycée Champollion

Lycée Champollion

Adhésion : 10 €

Adhérer à l'Association des Anciens Elève du Lycée Champollion

Page Facebook

Association des Anciens Elèves du Lycée Champollion | Facebook

Les Adhérents

Les adhérents de l'Association des Anciens du Lycée Champollion

L'Association

les membres du Conseil d'Administration de l'Association des Anciens du Lycée Champollion

Contact

Contacter l'Association des Anciens du Lycée Champollion

Visites

Aujourd'hui64
Hier49
Depuis le début61933

3
Visiteurs actuellement connectés

Voir la visite virtuelle interactive devant la statue de Champollion

Statue de Champollion au Lycée Champollion de GrenobleHistoire de la statue de Champollion

Auguste Bartholdi, artiste statuaire français, est né en 1834 et mort en 1904.
Très jeune, il se rend en Egypte dont il revient très admiratif de la longévité des monuments pharaoniques, ce qui l'incitera, dix ans plus tard, à réaliser une statue de Jean-François Champollion. Il est connu en France pour avoir réalisé de très nombreuses oeuvres comme le « Lion de Belfort » et surtout la « Liberté éclairant le monde » située à l'entrée du port de New-York.

1866-1867

Bartholdi, désirant perpétuer la mémoire de l'illustre Champollion, offre à la ville de Figeac qui s'enorgueillit de l'avoir vu naître, d'exécuter sa statue en bronze, mais la ville ne sera pas en mesure de la financer.
Il réalise alors une maquette et des esquisses en terre cuite, puis un plâtre qui sera présenté à Paris dans le parc égyptien de l'Exposition Universelle de 1867.

1905 et 1923

Cette statue originale en plâtre de Champollion est léguée par sa veuve, en 1905, à la ville de Grenoble qui l'expose dans le vestibule d'honneur de l'Ancien Musée de la Place de Verdun avant de la remettre au Lycée de Grenoble lorsque celui-ci, en 1923, prend le nom de Lycée Champollion.

1989

Située à l'entrée, dans la cour d'honneur, cette statue a très rapidement fait partie intégrante du Lycée mais en 1989 le Conservateur du Musée de Grenoble, Serge Lemoine, découvre que la statue n'est pas un simple moulage mais le modèle original. Ayant constaté certaines dégradations, il souhaite, alors, la mettre à l'abri le plus vite possible et demande, donc, à en reprendre possession.
Le proviseur lui répond que si la statue fait partie du patrimoine du Musée, elle est aussi partie intégrante du patrimoine et du paysage du Lycée.
Après un échange assez vif de lettres entre le Conservateur et le Proviseur, ce dernier, avec l'assentiment de son Conseil d'Administration, donne son accord de principe à ce transfert sous réserve que la statue soit remplacée par une réplique.
La situation reste, cependant, bloquée de nombreux mois car le Proviseur s'oppose au transfert tant qu'il n'a pas un accord écrit avec des échéances et des conditions précises.

1992

Le 5 novembre 1992, le Conservateur, Mr Serge Lemoine, écrit au Proviseur, Mr Serge Huau, pour l'informer qu'il viendra prendre possession de la statue le mercredi 18 novembre et se déclare prêt à
soutenir auprès de la Ville de Grenoble la demande du Lycée pour qu'un moulage en plâtre puisse être exécuté après la restauration de l'original.
Les membres du Conseil d'Administration du Lycée se réunissent d'urgence le 12 novembre pour traiter du problème. Ils estiment que la possession trentenaire de cette oeuvre leur donne un droit de propriété et qu'ils sont habilités à s'opposer à cet enlèvement tant qu'un engagement ferme ne sera pas obtenu pour son remplacement. Le représentant de l'Association des Anciens Elèves, le Général Calonne, intervient pour rappeler l'attachement des anciens élèves à cette statue.
Le 16 novembre Alain Carignon, Maire de Grenoble, écrit au Proviseur en lui confirmant qu'il a écrit au
Musée pour lui demander de faire exécuter sur son budget une copie de qualité de la statue mais le Lycée, soutenu par la Région, restant opposé à l'enlèvement, le Maire de Grenoble écrit à Charles Millon,  Président de la Région, pour que cette opération puisse être réalisée avant le 2 décembre 1992.
Une motion des anciens élèves en date du 26 novembre confirme son opposition à tout déplacement et le 10 décembre le Proviseur écrit à la Région pour lui dire que le Lycée maintiendra sa position tant que les conditions financières du remplacement ne seront pas clairement établies.

1993

Un projet de Convention est rédigé au cours du premier trimestre 1993 mais le Maire, par lettre du 11 mars 93, considère qu'il n'est pas réaliste d'envisager une copie en bronze d'une oeuvre en plâtre comme le lycée l'a souhaité ; il confirme, toutefois, son engagement de prendre en charge ce remplacement.
Le 6 septembre 93, Jean Balestas, le Président d'Honneur, écrit au Président de l'Association, Maurice Kuentz, pour lui dire que le remplacement par une statue en bronze étant une bonne idée, l'Association pourrait peut-être participer à son financement.

1994

Le 25 mars 1994, Maurice Kuentz écrit au Conservateur du Musée pour lui confirmer l'opposition de l'Association des Anciens à tout déplacement tout en laissant la porte ouverte à son possible remplacement par une copie en bronze.
A la suite d'un nouvel acte de vandalisme, un morceau de papyrus tenu dans la main ayant été arraché, le Lycée envisage de mettre la statue sous une protection en verre.

1995

Un protocole d'accord est enfin signé le 27 septembre 1995 entre Michel Destot, Maire de Grenoble, et Charles Millon, Président de la Région Rhône-Alpes. Il est précisé que la Ville de Grenoble fera exécuter une copie de qualité en plâtre à partir de l'oeuvre originale et qu'elle sera mise en place au Lycée dans les trois mois qui suivront.
L'enlèvement qui devait avoir lieu le lendemain de la signature est finalement repoussé au 10 octobre 1995 mais ce jour-là, au signal de la sirène, les lycéens, les représentants des anciens, les enseignants et les membres du personnel se sont spontanément levés en masse pour l'empêcher. Il aura lieu, finalement, un peu plus tard.

1996

Le 16 février 1996, une séance de restauration se tient au Musée de Grenoble mais, contrairement aux engagements pris, la copie n'a toujours pas été exécutée et le Président de l'Association, Anthelme
Troussier, s'en inquiète auprès du Maire. Celui-ci lui écrit en avril en précisant qu'un bronze est envisagé pour le Musée du Louvre et qu'une réplique en résine pourrait être réalisée pour le Lycée.

1997

Une année passe encore et le nouveau Proviseur Michel Henaux écrit au Maire en mai pour lui dire que le retard apporté à la restitution le met dans une position intenable et indéfendable. Monsieur Destot lui répond que le coût de la réplique, même en résine, s'élève à 200 000 Frs et que la Ville n'est pas en mesure de supporter une telle dépense.
De son côté le service de Restauration des Musées de France fait part en octobre de l'impossibilité de réaliser une empreinte directe sur l'oeuvre et que l'idée du moulage est donc abandonnée.

1998-1999

La Région vient au secours du proviseur en demandant à la Ville de Grenoble, par lettre du 12 janvier, de respecter ses engagements.
Le 4 juin 1998, Michel Destot annonce que les deux premières phases de l'empreinte numérique et de modélisation en 3D sont terminées. La fabrication par fraisage dans plusieurs blocs de résine reste
cependant une opération complexe et novatrice qui demandera du temps.
Le 5 août, il pense que la livraison d'une copie pourrait avoir lieu mi-octobre mais, compte tenu des difficultés rencontrées pour sa réalisation, sa livraison n'aura lieu finalement que le 3 mai 1999. Cette copie a été installée dans la salle des professeurs mais elle sera utilisée, ultérieurement, pour le nouveau
moulage en bronze et n'existe donc plus.

2013-2014

Le Proviseur Monsieur Alain MATTONE revient à l'idée, soutenue par l'Association des Anciens Elèves, de réaliser une copie en bronze et prend l'initiative de rechercher les financements.
Les 23 500 euros seront réunis grâce à la participation de l'Association des Anciens, de la Ville de Grenoble, du Conseil Général et, fait remarquable, des élèves eux-mêmes.
La statue est ainsi redevenue le symbole du lycée, un point de communion de l'ensemble des élèves, des professeurs et du personnel du lycée. Son installation a aussi permis d'engager avec les élèves une vraie réflexion sur la commémoration, la mémoire, le patrimoine et les oeuvres d'art.

Voir la vidéo de l'inauguration de la statue de Champollion qui a eu lieu le 22 septembre 2014.

Association des anciens élèves du lycée Champollion

1 cours Lafontaine 38 026 Grenoble cedex

asso.ancienschampo@gmail.com

contacter-association-anciens-eleves-lycee-champollion